Toujours un peu inscrit dans la lignée des premiers albums du groupe, un rock garage hors mode aux paroles souvent acerbes, « Fort Intérieur », le nouveau Soucoupes Violentes, s’aventure aussi ailleurs, dans des univers moins référencés et nettement plus tarabiscotés. Il y a parfois une distance à la Pavement dans la façon très particulière de chanter de Stéphane, en français mais aussi en anglais. Toutes sortes d’humeurs textuelles et musicales, parfaitement complémentaires, le tout coloré par une large palette d’idées musicales malines et d’arrangements où les guitares ont la part belle.