« Si je suis votre ami / Aimez-moi comme je suis / D’ailleurs je ne suis pas beaucoup / Et je crois que je m’en fous / Si je suis votre ami / Aimez-moi comme je suis. »

On l’aime comme il est, Daniel Darc, avec ses hauts et ses bas, ses magnifiques contradictions, ses overdoses à répétitions, ses déclarations intempestives et tout ce que l’on voudra.

Parce qu’il n’y a guère d’autres façons d’aimer un ami, parce qu’après toutes ces années, il demeure l’un des personnages les plus talentueux et attachants de la scène d’ici…